Hafiza Nekacha

Hafiza est une véritable artiste qui excelle dans la technique du henné. Elle est Nekacha (c'est à dire tatoueuse au henné),celle qui embellit entre autre les mains et les pieds des jeunes filles, notamment lors des mariages. Elle décore également de nombreux objets avec du henné tels que des bougies, des toiles, des marques-pages ou encore des boîtes ... J'ai eu le plaisir d'interviewer Hafiza qui a accepté volontiers de nous dévoiler son univers créatif.

Blue Marguerite : Depuis combien de temps faites-vous des tatouages au henné ? Et comment vous est venue l’envie de vous lancer dans cette technique?
Hafiza : Cela fait un peu plus d’un an que je me suis lancée. N’ayant pas eu de henné pour mon mariage, j’ai décidé d’en faire moi-même ! J’ai toujours dessiné et calligraphié. Je pense qu’il me manquait une technique où je pouvais réellement m’exprimer.

BM : Comment avez-vous eu l’originale idée de customiser des objets et de faire des toiles avec du henné ?
Hafiza : L’idée ne met pas tomber du ciel ! En apprenant à faire du henné, j’ai vu sur Internet des filles faire des objets de déco : des marques-pages, des petits meubles, des toiles, ainsi que des instruments de musiques.

BM : Sur quels supports le henné s’adapte-t-il (bois, tissus…) ?
Hafiza : Bois, bougie, tissu, toile, carton, jusqu’à présent, je n’ai vu aucun support en venir à bout du henné. 

BM : La technique et les fournitures (matériel + consommable) sont-ils différents du henné corporel ?
Hafiza : Pour ma part, mes fournitures sont les mêmes pour l’un et pour l’autre. En revanche la préparation du henné pour objet est plus simple que celle que pour le corps.
Pour la plupart des supports, une poudre bas de gamme mélangée avec de l’eau et du sucre suffit. Si l’on choisit de teinter du bois ou du tissu, j'utilise la préparation pour le tatouage corporel sans les huiles essentielles.
Pour le tatouage corporel, la poudre de henné doit être fraîche (c'est-à-dire conservé au congélateur afin de préserver ses propriétés). Chaque nekacha y ajoute ses produits propres comme les huiles essentielles. 

BM : Avez-vous une palette de nuances pour colorer le henné ? Si oui, comment faites-vous pour les obtenir ?
Hafiza : Choisir la nuance que l’on va obtenir avec le henné est quasi impossible. La plupart veulent une couleur foncée et on fait tout pour y parvenir en utilisant des produits naturels. Le principal est d’avoir une bonne qualité de henné naturel. Les huiles essentielles y jouent un rôle important car elles vont foncer la pâte de henné. Le temps de repos de la pâte va aussi permettre son oxydation et va la foncer.
Aussi, la couleur finale obtenue dépend du Ph de la peau, de l’épaisseur (la paume des mains, le bout des doigts et la plante des pieds sont les parties du corps où la peau est la plus épaisse), de la température du corps ainsi que de la chaleur ambiante.
La chaleur favorisera toujours une meilleure couleur. Pour cela, coller vos mains au radiateur ou aller au soleil pendant la pause et le résultat sera là. Attention à ne pas se brûler non plus !

Petite mise en garde :
Je tiens à mettre en garde les personnes contre le henné noir qui n’existe pas naturellement. Il s’agit de henné chimiquement modifié avec du PDD (para-phenylènediamine) qui, contrairement au henné naturel, est très nocif pour la peau.
Dans certains pays très touristiques, on propose aussi des tatouages au henné mélangé à de l'ammoniac ou autre produit détergent qui brûlent et irritent la peau. Il est préférable de payer un peu plus cher mais d’être sur que le henné est naturel ! 

BM : La tendance actuelle est de faire briller son tatouage au henné avec l’ajout de paillettes et de strass. Expliquez-nous comment vous réalisez un tatouage au henné avec de la poudre de paillettes.
Hafiza : Le tatouage paillette est une technique à part entière, proche du henné par son application mais totalement différente dans sa composition.
Il s’agit de colle spécifique pour la peau sur laquelle on saupoudre des paillettes cosmétiques. Les strass sont appliqués de la même façon. Ce type de tatouage dure de 2 à 7 jours selon les parties du corps et créé de vrais bijoux de peau. Le résultat est aussi beau sur les peaux claires que sur peaux foncées !

BM : Avez-vous un petit secret pour réussir la pâte du henné ?
Hafiza : Il faut bien doser le sucre afin que la pâte colle à la peau et tienne pendant toute la pose. Pour éviter les grumeaux, tamiser la pâte avec un mi-bas ou pour faire plus simple : passer-la au mixeur.

BM : Quelle est la durée d'un tatouage au henné ? Avez-vous une astuce pour qu'il tienne plus longtemps ? Sur quel type de peau va-t-il tenir le mieux ?
Hafiza : Encore une fois, la durée du tatouage est propre à chaque type de peau. L’idéal est de se passer les mains le moins souvent sous l’eau et de s’hydrater au maximum.
Le henné marque les couches supérieures de l’épiderme et part avec le renouvellement des cellules ; L’hydratation de la peau va retarder ce renouvellement et le tatouage durera plus longtemps.
Il tiendra le mieux sur les peaux très épaisses. Par exemple, sur les personnes qui effectuent des travaux manuels où la peau des mains se sera légèrement endurcie.

BM : Le henné est l’ornement par excellence pour la mariée arabo-musulmane. Parlez-nous du rôle de la Nekacha dans les mariages orientaux.
Hafiza : La nekacha est là pour embellir la mariée, apporter la touche finale à sa mise en beauté afin qu’elle entre dans sa vie de femme. L’application du henné est traditionnelle et très attendue par beaucoup de membres de la famille. C’est un moment de joie et de bonheur pour tous à na pas manquer !

BM : Quelles qualités faut-il pour devenir tatoueuse ?
Hafiza : Aimer ce qu’on fait, aimer dessiner, être minutieuse, patiente, être à l’écoute.

BM : Quel conseil donneriez-vous aux bluenautes souhaitant débuter dans le tatouage au henné ?
Hafiza : Trouver avec quel applicateur vous vous sentez le plus à l’aise : la seringue, le cône (film plastique en forme de cône) et la bouteille à embout métallique. Apprendre à faire son propre mélange avec une pâte plus ou moins liquide. S’entrainer sur une feuille de papier puis sur soi. Le reste vient tout seul.

BM : A travers vos créations exceptionnelles, on peut voir que le henné est bien plus qu’un art corporel puisqu’il s’adapte à beaucoup d’autres supports. Pensez-vous que le henné soit un art à part entière ?
Hafiza : Complètement ! C’est un art ancestral. En l’incorporant à nos objets de décoration et du quotidien, on se le réapproprie et le perpétue.
J’aime beaucoup utiliser le henné en décoration, car il est étonnant, authentique, naturel et chargé d’histoire, de l’Inde jusqu’au Maghreb. Cette plante est un voyage ! 

Zoubida
Mars 2011
Découvrir son Espace >>>
Page Facebook d'Hafiza Nekacha