Tana Editions

C'est au cours d'une réunion, fin décembre 1998, que fut décidé du nom de la maison d’édition que nous souhaitions créer. Tana est apparu comme une évidence tant le nom de ce lac africain (source du Nil Bleu) appelait au voyage et au rêve. L’embarquement fut alors immédiat pour la petite équipe qui réalisait déjà à l’époque des livres illustrés pour des éditeurs tiers.
Quel programme ? Quelles idées ? Peu importe au fond, seule dominait l’envie de réaliser des livres qui affichaient ouvertement leur différence sans trop se soucier des règles et des contraintes du marketing.

Il y eut très vite de grands coffrets réunissant dans un portfolio les clichés des plus grands noms de la photographie. De Cartier-Bresson à Doisneau, nous n’avons oublié personne, et le succès de cette série de 23 titres ne s’est pas fait attendre. Nous avions trouvé un public, notre public, qui partageait nos goûts pour les formats inattendus et nouveaux. Peu de temps après sont nées les toutes premières boîtes. Cela peut paraître bien classique aujourd’hui, mais, à l’époque, c’était une idée un peu folle de produire ces boîtes aux thèmes aussi différents que le bonheur ou encore le bienfait des plantes. Si beaucoup de ces « ovnis » du paysage éditorial ont trouvé leur public, il y eut aussi des erreurs de jugement, d’appréciation, des échecs comme ce livre concept Ouvrez vos ailes, mi-boîte, mi-coffret, vendu à 300 exemplaires. Mais nous ne regrettons rien car nous continuons à penser que les formes sont vastes et les thèmes multiples, et qu’il faut chaque fois continuer à inventer, à explorer et à créer la surprise en dépoussiérant les grands classiques du livre illustré.

Quoi de mieux pour une maison d’édition que de publier à la fois les univers décalés et ludiques de Martine Camilleri, les dernières créations que sont les « Petits Livres à offrir » de Raphaële Vidaling, et de réussir à faire cohabiter au sein d’un même catalogue le dernier livre du photographe Josef Koudelka sur Prague 1968 avec la mallette Kit de survie dans ma cuisine de Laure Sirieix. Au fond, rien n’a changé en dix ans, toujours pas de grande stratégie mais plus que jamais l’envie de se faire plaisir et de vous faire plaisir. La librairie n’est-elle pas, par les temps qui courent, l’ultime refuge de nos rêves ?

Au tableau des consolations, de nouvelles surprises éditoriales, encore plus d’humour, des pop-ups pour adultes, des romans photos culinaires, des friandises pour libraires et l’assurance que toute la talentueuse équipe des éditions Tana continuera à faire voyager Tana en toute liberté. 

 
Kiosque